Great Sand Dunes NP (2ème partie)

Samedi 11 juin

Ce matin nous avons bien profité de la rivière Medano et de la fraîcheur de ses eaux, il est temps maintenant de s'attaquer au morceau le plus dur de notre visite à Great Sand Dunes : l'ascension des dunes. L'objectif est de rejoindre High Dune, la dune qui semble la plus haute depuis la rivière. En réalité, avec ses 215 mètres de hauteur totale, ce n'est que la deuxième dune du parc, mais la plus grande (230 mètres) est perdue au cœur du champ de dunes et beaucoup plus difficilement accessible.

Même si elle commence les pieds dans l’eau …


 … la randonnée devient rapidement difficile.




Dire que cette randonnée est éprouvante est un euphémisme. 215 mètres de dénivelé positif, dans du sable très fin et sans aucune cohésion, le tout sous une chaleur caniculaire, n'a rien d'une sinécure ! Michèle renonce d'ailleurs en cours de route. Heureusement de nombreuses pauses photos permettent de couper la longue ascension et de retrouver un peu de souffle.




Après avoir gravi une dune particulièrement pentue, au pied de laquelle on avait l’impression qu’il s’agissait de la dernière grosse difficulté, le moral chute. La prochaine dune est encore pire ! Il faut puiser dans ses dernières réserves et continuer d’avancer pas après pas, lentement mais sûrement. Tous les cinq à dix pas la pause est nécessaire. Mais le but n’est plus très loin. A l’issu du dernier escarpement, que les cuisses et le cœur ressentent comme étant presque vertical, on atteint presque le Nirvana.



La dernière partie, la plus facile car presque plate, permet d'atteindre l'extrémité ouest de la dune.





Quelle satisfaction de venir enfin à bout de ce géant. Et quel panorama de là-haut ! La vue sur l'immense champ de dunes est magnifique. En une seconde la fatigue de l'ascension s'efface et laisse place à la contemplation partagée avec les quelques rares veinards qui ont eu la chance de vaincre le monstre de sable.





Difficile de se détacher de ce paysage hypnotique …




… mais il faut penser au retour car sur les montagnes, de l'autre côté du Medano, l'orage arrive à vitesse grand V et tout en haut de High Dune, une tempête de sable se lève.


Rien de plus dangereux qu'un orage dans les dunes car il n'y a rien d'autre à part les randonneurs pour attirer les éclairs. Le retour se fait donc au pas de course. Un vrai plaisir comparé aux difficultés endurées à l’aller.

Il est 18h30 et comme la probabilité d'avoir un beau coucher de soleil ce soir semble faible, notre longue journée de visite s'achève et nous rejoignons la ville la plus proche (Alamosa) pour trouver un motel et faire quelques courses pour notre diner et le pique-nique de demain.

Nous ne connaissions pas le parc de Great Sand Dunes. Ce fut pour nous une très belle découverte. Il est certain qu'un niveau d'eau élevé dans la rivière Medano constitue un vrai plus pour visiter ce parc souvent délaissé car éloigné des circuits classiques dans l'ouest américain. Si vous avez l'occasion de passer dans le coin fin mai ou début juin, n'hésitez pas à faire le détour, vous ne le regretterez pas. Mais n'espérez pas y être seuls, surtout le week-end, car c'est la période de plus haute fréquentation de Great Sand Dunes. Toutes les familles des environs s'y donnent rendez-vous.

Notre séjour commence très bien. Pourvu qu'ça dure !