Coyote Buttes North & The Wave

Vendredi 1er janvier (partie 1) : 

Dans nos prévisions initiales aujourd’hui nous devions rentrer sur Las Vegas afin de prendre notre vol retour demain matin et ainsi arriver en France dimanche. Cependant, juste avant de réserver nos vols nous avons décidé de prolonger notre séjour d’une petite journée. Pourquoi ? Parce qu’il y a quelques mois nous avons bêtement oublié de nous inscrire à la loterie de Coyote Buttes North, la seule façon d’obtenir un permis pour randonner dans un coin perdu à la frontière de l’Utah et de l’Arizona. La particularité de ce coin perdu ? Il abrite The Wave, une mythique vague de pierre qui fait rêver tous les aficionados de l'ouest Américain. Seulement vingt personnes (dix sélectionnées quatre mois à l’avance sur internet et dix sélectionnées la veille dans les bureaux des rangers de Kanab) ont accès chaque jour à ce Graal. Pour faire partie de ce club très fermé, il faut être retenu lors d’un tirage au sort auquel s’inscrivent chaque jour des centaines de postulants. Lorsque nous nous sommes rendus compte que nous avions totalement zappé le tirage au sort qui délivrait les permis pour le mois de décembre, nous avons décidé de tenter notre chance pour la journée du 1er janvier et donc, dans l’hypothèse heureuse d’une sélection, de prolonger notre séjour d’une journée. Et bien, aussi incroyable que cela puisse paraître nous avons eu la chance phénoménale de faire partie des dix heureux gagnants parmi plus de 500 concurrents ! Nous sommes d'autant plus veinards que c'est la quatrième fois que nous nous y rendons (la dernière fois le 30 juin 2014 ici). Mais je vous rassure, nous éprouvons toujours autant de plaisir à nous rendre à The Wave que lors de notre première fois.

L'année pourrait donc difficilement mieux commencer pour nous !

Nous quittons notre hôtel à 6h30 pour être au départ de la randonnée dès le lever du jour. Ciel entièrement dégagé et moins seize degrés, un temps idéal pour randonner, même si nous n'aurions pas refusé quelques degrés de plus. Une chose est certaine, nous ne souffrirons pas de la chaleur comme c'est le cas en été.

La première demi-heure de marche, jusqu'à ce que le soleil sorte réellement et commence à réchauffer un peu l’atmosphère, est assez pénible. Comme c’est également la partie la moins intéressante de la randonnée, nous ne faisons pas un arrêt, même pas pour faire une petite photo. Vers huit heures la température devient acceptable et les paysages commencent à être très agréables.







En un peu plus d’une heure et demie, pauses déjeuner et photos comprises (un record pour nous), nous avons fait cinq kilomètres et nous sommes en bas de la montée casse-pattes qui conduit à The Wave. Un dernier effort et notre première récompense se présente : un petit massif très coloré situé sur le côté gauche, juste avant d’atteindre l’objectif principal de tous ceux qui viennent ici.




Quelques minutes plus tard nous touchons au but, mais The Wave est totalement dans l'ombre. C'est donc l'occasion d'aller faire un tour du côté de Top Rock, le plateau qui domine le secteur.


C’est où Top Rock ? C’est tout là-haut ! Et pour y aller, ça grimpe … Même si l’ascension est un peu moins difficile que la photo ne le laisse croire, il faut négocier un ou deux passages pas tout à fait évidents. L'accès à la partie supérieure de ce plateau n’est donc pas un jeu d’enfant (dénivelé important et pentes très raides) et nécessite quelques talents d'acrobate. Mais cela reste faisable à condition de ne pas avoir peur du vide et d’avoir le pied sûr.


Notre objectif à Top Rock est de longer le côté est du plateau pour rejoindre Big Mac, un énorme hamburger de roche. C'est peine perdue ! Malgré plusieurs tentatives, en passant par plusieurs endroits, impossible d'accéder à Big Mac. Il y a toujours une zone à risque qui nous interdit de nous en approcher. Soit l’accès n’est pas possible, soit de la neige glacée est présente sur des zones en forte pente. Pas moyen de l’atteindre sans prendre des risques déraisonnables ici. Mais ce n’est que partie remise et comme ils disent dans la pub, « Je l’aurai un jour, je l’aurai ! ».


Il faudra revenir ici avec un peu plus de temps à consacrer à cette étonnante curiosité et si possible un jour sans neige. Cet échec n'en est pas complètement un car cette partie de Top Rock est très intéressante. On y trouve quelques superbes formations rocheuses et des paysages impressionnants et d’une beauté à couper le souffle.








Top Rock mériterait également qu’on lui consacre du temps pour l’explorer plus en détails. La zone doit sans doute cacher de nombreuses merveilles. Pas de doute, une cinquième visite se justifierait largement à condition bien sûr que la chance continue de nous sourire pour les prochains tirages au sort.

Après cette escapade, il est temps de regagner The Wave qui est enfin dans la lumière. Mais contrairement au moment où nous sommes arrivés, nous ne sommes plus seuls. Il y a une bonne dizaine de personnes sur place. Cela permet de donner une notion d’échelle intéressante à nos photos.



Mais bon, maintenant que l’échelle est donnée, nous aimerions bien être tranquilles, seuls avec la vague. Comment faire ? La solution est simple ! Nous indiquons à chaque groupe qu’à seulement quelques centaines de mètres de là, il y a une seconde vague de pierre et nous leur expliquons même comment y aller. Personne ne connaissait. Nous sommes vraiment sympas ! Quelques minutes plus tard, miracle ! Nous sommes à nouveau seuls avec « notre » vague. Cela a beau être notre quatrième visite, nous adorons toujours autant et les appareils photos se mettent à chauffer.










Midi, c’est l’heure du casse-croûte. Il y a pire comme cadre pour un pique-nique !


à suivre …