Monastère de las Descalzas Reales - Match de foot (Atletico-Las Palmas)

Samedi 17 Décembre :

Lorsque nous sortons de l’hôtel une légère pluie tombe encore mais elle ne va pas durer.

Hier matin lorsque nous sommes arrivés à notre hôtel, nous avons vu une longue file d'attente dans l'avenue commerçante située juste à côté, de même en revenant en fin de journée et encore ce matin.



Notre curiosité aiguisée, nous partons à la découverte de ce lieu qui présente un tel intérêt pour les madrilènes.
Environ 300 mètres de long et très bien organisée (des préposés font en sorte que la file s'arrête au niveau des entrées des magasins) cette interminable file d'attente conduit à ... la loterie nationale !



Et oui c’est la loterie de Noël (Loteria de Navidad), dont le tirage a lieu chaque année à Madrid le 22 décembre. Elle existe depuis 200 ans et est considérée comme un événement national. Elle est jugée comme la plus grande loterie au monde par l'ampleur de ses gains et de ses participants.
2.31 milliards d’euros sont distribués, combinés à 1 chance sur 7 de remporter un prix et plus de 24 millions de combinaisons gagnantes. 98 % des adultes espagnols y participent.

Nous passons de nouveau sur la place Puerta del Sol.
Cette grande place semi-elliptique où dix rues convergent doit son nom (porte du Soleil) à l’ancienne porte fortifiée qui donnait accès à la vieille ville.


Cette place fut l’épicentre du bain de sang du Dos de mayo 1808 (insurrection des Madrilènes contre les troupes de Napoléon), immortalisé par Goya.
Plus récemment, c’est là que fut organisé le grand sit-in de protestation des « Indignados », qui a attiré l’attention du monde entier en 2011.

Nous y trouvons la statue de l'ours et de l'arbousier (pierre et bronze seconde moitié du 20ème) qui est le symbole de la capitale espagnole.


Au centre de la place, le socle de la statue équestre de Charles III, énumère les principales réalisations de ce monarque, un urbaniste éclairé, qui a modernisé Madrid avec une série d'améliorations des infrastructures de la ville.



Les pokémons sont  aussi de sortie.



Nous allons visiter le monastère de Las Descalzas Reales.


A l’origine, Charles Quint et Isabelle du Portugal occupaient cette demeure qui était un palais. Leur fille, Jeanne d’Autriche, se retrouve très jeune veuve et décide de prendre le voile. Elle transforme le palais en couvent franciscain en 1557.
Il servit de retraite pendant deux siècles aux personnes de la haute noblesse qui voulaient vivre retirées du monde. Ce couvent est l’un des rares de Madrid qui abrite encore des religieuses.

On y verra un superbe escalier de marbre renaissance, des murs et plafonds couverts de fresques baroques, 33 chapelles, tapisseries, tableaux….. mais le tout à peine éclairé.
La visite guidée se fait en espagnol et rapidement. La guide allume la lumière quand nous arrivons dans les salles et à peine sortis la préposée à la lumière, éteint et nous laisse dans le noir……
Donc vous avez compris que nous n’avons pas pu voir toutes ces richesses dans de bonnes conditions, quel dommage ! Nous sortons déçus par cette visite.

Les photos sont interdites (montage photos ci-dessous : source « Madridiario.es »).


Après les tapas (*) de midi, place au sport !

Match de football : Cet après-midi c'est foot, avec l'Atletico Madrid contre Las Palmas.
Nous avons de la chance, le soleil est sorti et il fait doux.

Le football à Madrid n’est pas une mince affaire ! La passion des Espagnols est si intense que le ballon rond est l’objet d’un véritable culte. La capitale espagnole se divise en deux grands clubs : le Real Madrid et l’Atlético de Madrid. Le Bernabéu (celui du Real) est traditionnellement le stade des riches alors que le Calderon (celui de l’Atlético) réunit les classes sociales plus modestes.

L'ambiance est chaude et plutôt amicale (sauf pour l'arbitre !) au vieux stade Vicente Calderon qui va être détruit pour les besoins de la rénovation du périphérique central de Madrid.

Nos compatriotes Antoine Griezmann et Kevin Gameiro sont de la partie.
Bien sûr nous sommes ravis car l’Altetico gagne de 1 à 0.






Nous rentrons à pied à l’hôtel car toutes les bouches de métro sont bondées.
Toujours autant de monde dans les rues et au centre-ville, il est même difficile de traverser une rue !!



Et, nous fêtons la victoire de l’Atlético.



Quelques informations pratiques :

Monastère de las Descalzas Reales : visite guidée obligatoire, entrée 6 euros
Entrée par la plaza de las Descalzas Reales (côté sud)

Match de football Atlético de Madrid : nous avions acheté nos places avant de partir directement sur le site de l'Atlético ici.

Horaires des restaurants :
Petit déjeuner : pas avant 8 heures, ou même 8h 30.
Le "matin" dure au moins jusqu'à 13h30 quand ce n'est pas 14 heures, et c'est seulement après que les restaurants commencent à ouvrir pour le service du repas de "midi", qui peut se prolonger jusqu’à 16h.
Pour le dîner ne comptez pas manger avant 20h30 (au plus tôt).

(*) Les Tapas
L’ouverture tardive des restaurants explique la tradition espagnole des « tapas » que vous pouvez déguster à n’importe quelle heure.
Les tapas ou raciones (portions un peu plus grandes) sont des amuse-bouche commandés au bar, généralement accompagnés d’une boisson. Elles se dégustent au bar ou debout autour d’une table (dedans ou dehors suivant la météo).